Giuseppe Verdi

Compositeur
Né le 10 octobre 1813 à Parme, Italie. Mort le 27 janvier 1901 à Milan, Italie.


Giuseppe Verdi, le roi de l'opéra populaire

Giuseppe Verdi fut d’abord le fils d’un aubergiste : un garçon élevé modestement. Le curé du village, qui lui donne ses premières leçons, est émerveillé par les dons du jeune musicien. L’éducation musicale de Verdi sera complète et parfaite : à seize ans, le compositeur donne fugues, messes, symphonies qu’il détruira par la suite. Si Milan lui résiste, le musicien s’installe à Busseto où il est victime des mesquineries de la ville. D’un tempérament volontaire, le jeune homme poursuit son chemin musical sans se soucier des paroles du peuple.

Dès 1838 Giuseppe Verdi pense à l’opéra et compose ses premières œuvres théâtrales dans l’esprit de Donizetti ou Bellini. Le premier grand succès aura lieu en 1842 avec la création de Nabucco à la Scala. L’homme est admiré, célébré, copié, envié. Sans relâche, Verdi compose de nombreuses œuvres et impose ses lettres de noblesse à l’opéra Romantique. Rigoletto, Le Trouvère, La Traviata ou Aïda témoignent de l’art de Verdi.

Viva Verdi !

Avec des couleurs orchestrales raffinées, un sens unique du lyrisme, une écriture vivante pour le chœur, Giuseppe Verdi renforce la cohésion dramatique et atteint des sommets avec Otello et Falstaff qui transposent musicalement l’univers de Shakespeare. L’Italie est la patrie de l’opéra, Verdi y fut consacré comme un dieu – « Viva Verdi ! » tracé à la craie sur les murs – et le musicien demeure un fervent patriote. Loin de Richard Wagner, Verdi rayonne par son humanisme et sa grandeur morale dont sa musique est le brillant reflet.